dimanche 29 octobre 2017

J'habite en cité: "Ta mère la pute"


Un drôle de titre pour un drôle de réveil!
Je vous explique: je dormais profondément (c'est si rare en ce moment), mais je me suis fait réveiller par un malotru à 4h du matin.
Cet homme élégant et raffiné hurlait sous mes fenêtres, et pourtant j'habite au 4ème étage.
Mais que peux t-on crier en pleine nuit? Et bien je vais vous le dire moi! Au cas ou une insomnie viendrait vous perturber une de ces nuits, je vous donne une idée d'activité...Ah ah ah.

"Ta mère la pute! Fils de pute! Rend moi mon business! Donne moi mes cigarettes là! Crotte de nez (Alors là il m'a presque décroché un sourire)!Je vais appeler mes potes! Descend!"

Je crois bien que c'était son seul vocabulaire. Mais imaginez qu'il a répété ça en boucle pendant 10 min. Et 10 min à 4h du mat, et bien c'est long.

Et bien sûr cet énergumène n'a rien trouvé de mieux que de sonner chez moi. Et oui figurez-vous que je suis la première sur la liste de l'interphone...

Bon là maintenant je rigole en vous le racontant, mais je faisais moins la fière sous ma couette.
C'est la deuxième fois que ça arrive. La première fois un type a essayé de défoncer la porte du hall! Je venais juste d'emménager. Rassurant..

Voilà j'habite en cité..

Exit le petit appart de 55m carré dans une petite résidence coquette.
Owéna a pointé le bout de son nez, et impossible pour moi de rester dans mon petit T3, et impossible aussi de trouver plus grand en privé.

Nous sommes donc dans un grand T4 de 90m carré, chacune a sa chambre, des pièces lumineuses et spacieuses, un loyer tout petit riquiqui...

Il a fallu choisir.

Aujourd'hui les "nique ta mère", les rodéos en moto, le "business" sous mes fenêtres, les descentes de la BAC, font parti de notre quotidien. Ah j'allais oublier: un mec s'est fait tabasser à 23h, encore sous mes fenêtres, il y a quelques semaines.

Bon je noirci un peu le tableau quand même. Ce n'est pas tous les jours tous ça.

Mais bon voilà, j'habite en cité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire